Skip to main content

Suivez le déroulé des épisodes volcaniques sur la péninsule de Reykjanes

Les voyageurs qui viennent en Islande en hiver se questionnent très souvent sur les aurores boréales : Est-ce la bonne période l’année pour les voir ? Où peut-on voir les aurores boréales ? Est-ce possible de voir les aurores boréales par soi-même ? Comment peut-on voir les aurores boréales en Islande ? À travers cet article de blog, vous trouverez quelques conseils pour bien préparer votre chasse aux aurores en Islande.

Qu’est-ce qu’une aurore boréale ?

Avant toute chose, nous allons essayer de vous donner une définition simple de ce qu’est une aurore boréale. Si le phénomène en lui-même n’a été compris qu’encore récemment par les scientifiques, il a néanmoins toujours suscité de la fascination, engendré de nombreux mythes et alimenté bon nombre de légendes… Le phénomène de l’aurore boréale se produit lorsque des particules chargées électriquement provenant des éruptions solaires, communément appelées vents solaires, entrent en collision avec le champ magnétique de la Terre, formé d’une multitude de couches qui agissent comme un bouclier en nous protégeant de ces particules. Ces collisions entraînent des transferts d’énergie, excitant les gaz situés dans la haute atmosphère de la Terre, menant ces gaz à émettre un rayonnement lumineux, formant ces fameuses aurores boréales. Ces phénomènes sont majoritairement visibles aux pôles, le champ magnétique terrestre guidant les particules chargées vers le pôle Nord, on parle alors d’aurore boréale, et le pôle Sud, on parle alors d’aurore australe. L’intensité d’une aurore boréale et sa couleur sont variables en fonction de la densité et la vitesse des vents solaires émis par notre Soleil.

Aurores boréales

À quoi ressemble une aurore boréale ?

En ce qui nous concerne, les aurores boréales que nous avons vues, dans la grande majorité des cas, se présentent sous la forme de rubans qui se meuvent dans le ciel, se transformant parfois en drapés. Si parfois, elles sont blanchâtres et non perceptibles à l’œil nu, nous avons eu la chance de voir à de très nombreuses reprises des aurores boréales vertes, un peu plus rarement des aurores roses-rouges voire violettes. Lors de tempête magnétique, les aurores peuvent exploser dans le ciel et vous garantir un spectacle mémorable. Depuis que nous habitons en Islande, nous avons rarement vu ce spectacle, souvent gâché malheureusement par la couverture nuageuse.

Quand peut-on voir les aurores boréales ?

Techniquement, il y a des aurores boréales toute l’année, elles ne sont toutefois visibles que lorsque les nuits sont suffisamment longues et sombres. La période d’observation des aurores boréales en Islande se situe entre mi-août et mi-avril, même si la période idéale se situe entre septembre et mars. En effet, en août et en avril, le phénomène peut être frustrant car les nuits sont toujours assez courtes et les aurores boréales peuvent apparaître blanchâtres et non vertes à l’œil nu. De nombreux scientifiques ont annoncé que 2024-2025 allaient être des années très propices à leur observation de part l’activité solaire qui s’intensifie.

Ne venez toutefois jamais en Islande uniquement pour voir des aurores boréales ! Allez plutôt en Laponie, la météo y est bien plus clémente et moins capricieuse.

Où peut-on voir les aurores boréales ?

Il n’y a pas de lieu particulier pour voir les aurores boréales en Islande. Le seul conseil que nous pouvons vous donner est de regarder vers le Nord, il suffit de repérer la grande Ourse parmi les constellations. Bien entendu, plus vous choisissez un endroit éloigné de toute pollution lumineuse mieux c’est, même s’il est possible d’observer des aurores boréales en plein centre-ville de Reykjavík. Il y a des lieux plus ou moins prisés par les photographes et par les compagnies touristiques mais de manière générale si vous souhaitez simplement observer le phénomène, une petite piste éloignée de la route ou un hébergement perdu au milieu de nulle part feront très bien l’affaire ! Si vous êtes à Reykjavík, privilégiez le port, la côte proche de la digue à l’Est d’Harpa vers le Sun voyager ou encore le phare de Grótta à Seltjarnarnes.

Aurores boréales

À quelle heure peut-on voir les aurores boréales ?

Il n’y a pas d’heure particulière à laquelle voir les aurores boréales. À partir du moment où le ciel s’assombrit, vous pouvez observer le phénomène. Nous avons pu observer des aurores boréales aussi bien à 18h qu’à 7h du matin, mais la très grande majorité des observations se font plutôt entre 21h et 1h. Néanmoins, pour se donner un ordre d’idée, il est possible de suivre l’activité en Laponie, si des aurores boréales y ont été observées un peu plus tôt dans la soirée, c’est plutôt bon signe (plus d’informations dans le dernier chapitre de cet article).

Est-ce possible de voir les aurores boréales par soi-même ?

Bien sûr ! Il suffit juste de s’y préparer, de connaître le phénomène et d’avoir de la patience. Nous avons vu nos premières aurores boréales vraiment par hasard début 2015. Pour l’anecdote, nous avions parfaitement préparé notre voyage avec un itinéraire sur une semaine mais pas vraiment sur le fait de pouvoir voir des aurores boréales en lui-même ; les aurores boréales, c’était la cerise sur le gâteau ! C’est en sortant de la piscine que nous avons vu un attroupement de voyageurs à Hallgrímskirkja, l’église emblématique de Reykjavík, regardant une lueur verte danser dans le ciel. C’est donc complètement en ce soir du mois de janvier 2015 que nous observons la première aurore boréale de notre vie. Afin de mieux voir le phénomène, et étant en plein centre-ville de Reykjavík, nous avons cherché un endroit un peu éloigné de la pollution lumineuse (donc direction le cimetière !). Puis après quelques heures d’observation, et comme il était l’heure de diner, nous sommes allés au restaurant. En sortant, le phénomène était toujours visible. Ni une ni deux, nous avons décidé de nous éloigner de Reykjavík et des lumières de la ville, direction Þingvellir. Après 30-40 minutes de voiture, nous nous sommes tout simplement arrêtés sur un parking à l’abri de la pollution lumineuse. Nous sommes restés à admirer nos premières aurores boréales pendant plusieurs heures, malgré le froid, jusqu’à ce que la couverture nuageuse s’épaississe et qu’elle nous prive du spectacle.

Donc oui, observer des aurores seul, c’est totalement possible ! Une petite astuce (qui n’existait pas encore en 2015), si vous avez un smartphone, vous pouvez essayer de prendre une photo du ciel, en général, elle vous permettra d’identifier, grâce au capteur de l’appareil photo intégré les lueurs vertes, parfois non perceptibles à l’œil nu.

Aurores boréales - visiter l'islande en hiver

Donc… quel est l’avantage de partir en excursion guidée ?

Il y a de nombreux avantages à partir avec un guide, que l’on peut résumer ici en ce qui concerne nos propres excursions :

  • Ne pas se préoccuper de savoir si les conditions d’observation sont réunies : Ael les vérifie toujours et reportera (ou annulera selon votre choix) l’excursion si les conditions ne sont pas optimales.
  • Ne pas avoir à trouver un site pour pouvoir observer le phénomène : en effet, votre prise en charge se faisant sur Reykjavík et sa région, sa connaissance du secteur permettra de trouver un site adapté sans avoir à rouler pendant plusieurs heures.
  • Ne pas avoir à penser aux conditions de route : nos véhicules sont adaptés aux routes islandaises et Ael dispose d’une solide expérience de conduite en conditions hivernales.
  • Ne pas à penser aux réglages de l’appareil photo : Ael étant photographe, il saura vous conseiller sur les réglages à faire (et même prendre quelques clichés de vous) !
  • Dernier avantage et pas des moindres, en connaître davantage sur le phénomène en lui-même – disposer d’un guide c’est avant tout apprendre quelque chose !

Comment peut-on voir les aurores boréales ?

Sur ce point précis, vous trouverez de nombreux sites internet et applications mobiles pour suivre les conditions météorologiques et l’activité solaire. Connaître les sites internet et applications pour smartphone correspondantes est essentiel pour ne rien louper du phénomène. S’il existe des sites internet spécialisés sur le sujet que nous vous suggérons en fin de cet article, voici nos propres conseils.

  • Une première étape cruciale : la météo !

La météo islandaise, en particulier en hiver, est toujours l’un des paramètres clé déterminant pour la concrétisation de toute activité se déroulant en extérieur. Nous vous invitons ainsi grandement à consulter la météo sur le site local Veður. En complément, et si vous souhaitez des informations plus approfondies, vous trouverez sur cet article, un guide complet sur la météo islandaise que nous vous encourageons à lire avec attention, vous donnant notamment les clés pour comprendre les cartes et données météorologiques.

  • Seconde étape indispensable : s’habiller très chaudement !

On pense souvent à tout : la météo, les nuages, l’activité solaire puis… on oublie l’essentiel : s’habiller très chaudement ! En effet, l’observation des aurores boréales, c’est parfois 3 heures de spectacle intense d’aurores boréales mais ça peut être également des heures passées pour 3 minutes de spectacle. Le point commun dans ces deux situations ? Rester dehors dans le froid. La magie des aurores boréales passe aussi par ce côté imprévisible (malgré les sites internet et applications pour smartphone dédiées), et une bonne dose de patience est parfois nécessaire. Pour vous aider à vous préparer et savoir ce que vous devriez emporter dans votre valise, vous pouvez lire cet article. Pour les aurores boréales et les frileux et frileuses, nous conseillons en complément d’emporter avec vous une boisson chaude et un plaid en laine.

  • Le site de la météo Veður

Le site Veður est l’un des sites que vous devez, de toute façon, consulter quand vous venez en Islande pour la météo. Ce site offre de nombreuses autres informations qu’il est très utile de connaître pour suivre les aurores boréales, en l’occurrence la couverture nuageuse. Lorsque vous arrivez sur la page d’accueil du site (prenez le temps de vérifier que vous êtes bien sur la version anglaise 😉), vous trouverez sous l’onglet « Home » | « Weather forecast », et en dessous des trois cartes météo, un lien direct vers « Aurora forecast ».

Aurores boréales et couverture nuageuse

Sur cette section du site, et lorsque vous accéder à la page « Aurora forecast », vous trouverez une carte de l’Islande verte et blanche. Cette carte correspond à la couverture nuageuse, la couleur verte signifiant la présence de nuages. La carte par défaut présente la couverture de nuages de basse et moyenne altitudes (« low and mid-levels clouds »). Les autres onglets vous permettent de voir en détails quels types de nuages seront présents sur le site que vous envisagez de visiter : nuages bas | « lower clouds », nuages de moyenne altitude | « middle clouds », nuages de haute altitude | « high clouds ». Le dernier onglet « composite » est intéressant car vous trouverez l’intégralité des cartes de la couverture nuageuse, le seul inconvénient étant que les cartes sont plus petites et donc plus difficiles à interpréter.

Grâce au curseur situé sous la carte, vous pourrez consulter les prévisions d’ennuagement. Nous vous conseillons grandement de ne regarder les prévisions le jour même pour le soir, les prévisions n’étant pas fiables à plus de 24 heures.

Sur cette même page du site, vous trouverez également d’autres informations telles que les prévisions d’aurores (de 1 à 9, 9 étant la plus forte probabilité), le lever et le coucher du soleil, le lever et coucher de lune ou à quelle heure celle-ci est visible.

Ainsi, l’interprétation est simple, vous devez vous trouver dans un endroit où il n’y a pas ou peu de nuages. Bien sûr, vous devrez penser à la théorie et la pratique car même si ce site est très utile, la réalité est parfois un peu différente… notez par ailleurs que si la couverture nuageuse n’est pas très dense, elle peut vous permettre d’observer les aurores boréales qui se trouveront donc derrière les nuages. Néanmoins, ne perdez jamais votre temps à vouloir observer des aurores lorsqu’il pleut ou que les nuages bas ont très denses.

Bien entendu, avant de vous lancer à la chasse aux aurores, consultez la météo en premier lieu : s’il est 18h en décembre que le ciel est très nuageux, qu’il pleut ou qu’il neige, il est quasiment inutile pour vous de dépenser de l’énergie à partir à la chasse, il y a une trop faible probabilité, voire aucune, pour que vous voyiez des aurores ce soir-là.

  • Hello Aurora – l’application clé !

Avant de poursuivre la lecture de cet article, nous vous conseillons vivement de télécharger en premier lieu cette application disponible pour Iphone et Android gratuitement. Nous utilisons cette application quotidiennement en hiver pour partir à la chasse aux aurores. Contrairement à certaines autres applis, celle-ci est très intuitive et s’utilise très facilement : nul besoin d’être un expert !

En ouvrant l’application Hello Aurora, vous découvrirez l’écran d’accueil vous présentant le pourcentage de chance de voir une aurore boréale, l’intensité de l’aurore (Aurora strength) à un instant t (en haut à droite), sachant que plus la valeur est négative plus vous aurez de chance de voir une aurore, et avec un graphique retraçant les deux dernières heures. Sur cette même page d’autres indications sont présentées. Vous découvrirez des mesures telles que la direction du champ magnétique interplanétaire (IMF – Bz), la force du champ magnétique (IMF – Bt), la vitesse des vents solaires (Solar speed) et la densité de la vitesse des vents solaires (Solar density). Parallèlement à cela, vous obtenez un aperçu de l’activité solaire au cours de la dernière rotation solaire, ce qui peut être révélateur de l’activité à venir. Si ces données peuvent vous paraître inutiles, certains pourront toutefois grâce à l’application en savoir plus en cliquant sur « more » (l’application est en anglais).

Ce sont ces premières données qui sont les plus importantes : plus la valeur de l’intensité de l’aurore est négative, plus elle est intense, vous donnant beaucoup plus de chance d’observation.

La dernière donnée présentée sur la page d’accueil est l’indice Kp, largement utilisé par le grand public, mais qui reste une mesure non essentielle pour les chasseurs d’aurores boréales. En effet, nos observations ont été faites indifféremment à des Kp 1, 2 ou 8. Se fier uniquement à ce paramètre pourrait vous faire définitivement louper des aurores boréales. Nous n’allons pas nous lancer dans de longues explications, mais l’indice Kp est une indication sur le potentiel d’observation sur une période de 3 heures. Ainsi, une aurore qui ne durerait simplement que quelques minutes (et pourtant visibles dans le ciel) ne sera pas prise en compte par l’indice Kp, qui serait probablement proche de zéro. C’est d’ailleurs sans doute pour cela que sur l’application, l’indice est situé en bas de la page d’accueil car, finalement, ce n’est pas le plus important !

 

Sur cette application et grâce aux onglets situés en haut de la page d’accueil, vous pouvez également voir les prévisions pour le lendemain (tomorrow), le surlendemain (next day) et à longs termes (long term). Les données pour le lendemain et le surlendemain sont à prendre avec précautions et ne sont que des indications, il est toujours préférable de vérifier si les conditions sont réunies le jour même. Les prévisions sur le long terme sont encore là une indication et sur l’exemple en image, le Kp 4 ne signifie absolument pas que vous aurez une chance plus grande de voir une aurore boréale ce jour-là. Les données fluctuent de manière très rapide et comme expliqué ci-avant l’indice Kp n’est pas une donnée fiable.

Aurores boréales - application mobile

Enfin sur les onglets situés en bas de l’écran d’accueil, vous trouverez l’icône « Map » (carte) grâce à laquelle vous pourrez voir :

  • L’ennuagement, de manière un peu plus précise que sur le site Veður car vous pouvez zoomer. A noter que l’intérêt du site internet Veður c’est que vous pouvez voir les prévisions et donc anticiper le lieu où vous souhaitez aller pour observer les aurores, ce qui n’est pas possible sur cette appli qui indique l’ennuagement à un instant t.
  • Si vous dézoomer un peu la carte, vous trouverez la localisation des dernières photos postées par les utilisateurs – vous pouvez aussi retrouver ces photos dans « moments ».
  • En dézoomant encore vous pourrez voir le « nuage » de l’aurore comme présenté sur la photo et sa localisation (plus le nuage est rouge, plus l’aurore est intense).

Un dernier conseil pour cette application : activer les notifications ! Vous pourrez alors aller voir les photos des utilisateurs de l’appli qui ont vu des aurores boréales dans « moments » et regarder sur la carte si l’une des observations est dans un secteur à proximité du vôtre. Attention toutefois aux fausses manipulations, parfois vous recevez une notification à 12h et aucune aurore boréale n’est visible à cette heure-ci 🙂

Pour en savoir plus sur le phénomène des aurores boréales, allez voir les sites de spécialistes du phénomène comme Adrien Mauduit (https://www.nightlightsfilms.com/).

Savoir prendre les aurores boréales en photo

Si désormais la plupart des smartphones vous permettent de prendre des photos des aurores boréales grâce au mode nuit, un appareil photo vous permettra toujours d’avoir un meilleur rendu. En plus de l’appareil photo, il faudra également d’un trépied afin de bien stabiliser vos prises de vue.

Voici quelques réglages à avoir en tête :

  • Choisir un objectif grand angle : pour pouvoir capturer le phénomène, optez plutôt pour 15-20mm.
  • Se mettre en mode manuel.
  • Faire la mise au point manuelle, idéalement sur une étoile ou sur la lune (en tout cas, sur un point lumineux suffisamment éloigné pour pouvoir faire la mise au point sur l’infini).
  • Ouvrir le diaphragme autant que possible (f/4, f/2.8, f/1.8 selon l’objectif), plus vous ouvrez, mieux c’est.
  • Régler le temps de pose entre 2 et 10 secondes en fonction du rendu que vous souhaitez obtenir mais jamais au-delà de 15 secondes, autrement les étoiles ne seront plus nettes.
  • En plus du trépied, activez le retardateur à 2 secondes pour éviter que l’appareil bouge lorsque vous déclencherez (ou bien, munissez-vous d’une télécommande dans la poche pour garder les mains au chaud).
  • Enfin, garder les iso aussi bas que possible, faire des tests mais en général rester dans une fourchette entre 800-3200iso.

C’est en faisant quelques tests que vous trouverez les réglages qui vous conviennent. Au-delà de capturer ce moment si magique, n’oubliez jamais une chose : profiter de l’instant présent ! Il est indispensable de ne pas regarder l’aurore boréale uniquement à travers l’écran de son téléphone ou dans le viseur de son appareil photo 🙂

Aurores boréales

Quelques points essentiels à retenir :

  • Ciel dégagé et obscurité, les aurores boréales ne sont visibles que par temps clair et quand la nuit s’installe ; préférer la période entre septembre et mars,
  • Installer une application fiable comme Hello Aurora qui vous donnera des informations et vous enverra aussi des notifications lorsque d’autres voyageurs sont sur place comme Hello Aurora,
  • Scruter l’activité solaire grâce à l’application, vous pourrez voir de magnifiques aurores, même lorsque les indices Kp sont bas (oubliez cet indice !). L’activité doit être suivie une fois sur place grâce à l’application,
  • S’habiller chaudement, observer les aurores boréales est avant tout un jeu de patience, vous pourrez parfois attendre des heures pour quelques minutes de spectacle,
  • Consulter la météo et les conditions de route avant de partir,
  • Trouver un site ou un endroit éloigné de la pollution lumineuse (ne jamais se garer et observer les aurores depuis la route),
  • Préparer votre matériel photo,
  • Patienter !
  • Et le plus important, profiter du moment présent !!

Si vous souhaitez partir avec un guide, profiter de son expertise, y compris en matière de prise de vue, n’hésitez pas à réserver une excursion en notre compagnie.

Bonne chasse aux aurores !

Laissez un commentaire