Skip to main content

Suivez le déroulé des épisodes volcaniques sur la péninsule de Reykjanes

Grindavík | Historique de l’événement du 10 novembre 2023

Étant tous deux passionnés de volcanisme, nous suivons avec très grand intérêt l’actualité sismique et volcanique de l’Islande. Si nous mettons à jour quasiment en direct notre page dédiée au volcanisme, nous estimons que les informations collectées au fil des événements sismiques et/ou volcaniques sont précieuses, notamment pour qui, comme nous, aiment comprendre comment “vit” l’Islande. Cet article est dédié à la présentation antéchronologique de l’événement du 10 novembre 2023, qui a conduit à l’évacuation des habitants de Grindavík en quelques heures et la formation d’une fissure de 15 kilomètres. Il a précédé une courte éruption volcanique entre les 18 et 20 décembre 2023.

Vous trouverez les liens vers les sites utiles et les webcams sur cette page.

Localisation de la fissure qui s'est formée le 10 novembre 2023

Localisation de l’intrusion magmatique. Crédit photo : RÚV.

En Bref

  • Le 10 novembre 2023, un essaim de tremblements de terre se développe et commence à secouer la péninsule de Reykjanes dans la matinée.
  • Vers 17h, les séismes sont de plus en plus rapprochés avec parfois plusieurs secousses par minute, engendrant un puissant séisme de magnitude 5,2 aux alentours de 17h30 (une secousse bien ressentie à Reykjavík…).
  • Les habitants sont évacués en urgence dans la nuit du 10 au 11 novembre.
  • Ces séismes, associés à une intrusion magmatique (ou dyke magmatique), qui remonte vers la surface, forment rapidement un gigantesque fossé d’effondrement, appelé “Graben” en géologie, long de 15 km et qui s’étend notamment sous la ville de Grindavík.
  • Les déformations du terrain sont impressionnantes allant jusqu’à 1,2 mètre, dégradant fortement les infrastructures à Grindavík, dont 20 habitations, jugées très vite inhabitables par les autorités.
  • L’évacuation ayant eu lieu dans la précipitation, les habitants et les entreprises seront autorisés, petit à petit, à aller récupérer leurs biens et possessions ainsi que les animaux de compagnie et domestiques, à partir du 12 novembre.
  • À partir du 17 novembre, des cartes d’évaluation des risques seront publiées par les scientifiques pour évaluer la situation.
  • Des travaux de réparation des routes et des infrastructures (réseaux d’électricité, d’eau et de chauffage) sont très rapidement entrepris, afin que les habitants et les activités reprennent “normalement”.
  • Des travaux de construction d’une digue de protection en terre sont rapidement entrepris autour de la centrale gétohermique de Svartsengi afin de préserver cette installation qui founit en électricité et en chauffage 20000 habitations dans la péninsule de Reykjanes.
  • Cet événement n’aura pas conduit directement à une éruption volcanique.
  • La zone sera fermée au grand public à partir du 10 novembre et accessible uniquement aux habitants, aux entreprises locales, aux autorités, aux services de secours et à la presse.

Mise à jour : 23 novembre 2023

18h00 heure locale (GMT)

Les informations importantes de ces derniers jours.

  • Il n’y a PAS d’éruption actuellement.
  • Une élévation / déformation du sol a été observée à Svartsengi un peu plus au nord de Grindavík, plusieurs cartes de déformation du sol ayant été publiées par l’office météorologique islandais. La déformation couvre alors une zone plus grande qu’avant l’intrusion magmatique.
  • Une nouvelle évaluation de la situation réalisée par l’office météorologique islandais a montré une probabilité décroissante d’une éruption soudaine dans les limites de la ville de Grindavik
  • Mais les scientifiques considèrent toujours le scénario d’une éruption comme probable, celle-ci débutera au niveau du dike (intrusion magmatique). L’activité sismique dans le dike a toutefois quelque peu diminué ces derniers jours. Plus de 200 tremblements de terre ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures.
  • L’office météorologique islandais a mis à jour la carte d’évaluation des risques pour la zone située autour de Grindavík et de Svartsengi. Sur la base de nouvelles images satellite ainsi que des données discutées avec la protection civile et l’Université d’Islande, la zone de danger a donc été élargie. Il y a désormais trois zones de danger, la ville de Grindavík étant toujours en zone de danger mais moindre qu’avant l’exploitation de ces nouvelles données.
  • L’assistance aux habitants se poursuit ! Grâce à la nouvelle carte de danger, les habitants obtiennent des autorisations plus étendues pour visiter leurs propriétés et récupérer d’autant plus de biens.
  • En matière de relogement, plusieurs familles cherchent toujours un toit. Des travaux sont en cours pour qu’elles puissent s’installer dans les maisons de vacances syndicales.
  • Arion banki, Islandsbanki et Landsbankinn, en coopération avec l’Association des sociétés financières, ont conclu un accord pour renoncer aux intérêts sur les prêts immobiliers de habitants de Grindavik pendant trois mois.
  • La digue de protection de la centrale géothermique sera poursuit et les travaux avancent vite. En parallèle, des discussions ont été engagées pour trouver des solutions pour protéger les habitations de Grindavík, en cas d’éruption. Comme cela avait pu être fait sur les îles Vestmann, l’utilisation d’eau pour dériver les flots de lave pourrait être envisagée… affaire à suivre, il n’y a à ce jour toujours pas d’éruption !

Vous trouverez les liens vers les webcams sur cette page.

Carte des zones de dangers liés aux tremblements de terre publiée par l'Office météorologique Islandais. Crédit photo : Veðurstofa Íslands.

Carte des zones de dangers (hættusvæði)  liés aux tremblements de terre publiée par l’Office météorologique Islandais. Crédit photo : Veðurstofa Íslands.

La zone A : risques de séismes, de glissements de terrain et d’éruption volcanique, y compris pollution par les gaz et coulées de lave | La zone B : en plus des risques de la zone A, risque de formation d’une fissure éruptive sans préavis | La zone C : en complément des zones A et B, nécessité de se munir d’équipements pour mesurer les gaz – risque de fissure éruptive plus important.

Mise à jour : 18 novembre 2023

14h30 heure locale (GMT)

Les informations importantes issues de la conférence de presse de 13:00 (GMT) en présence de la première ministre K. Jakobsdóttir.

  • La situation reste inchangée par rapport aux derniers jours en matière d’activité sismique et de déformation du sol. La progression du dike (intrusion magmatique – appelé à tords, par google traduction, « tunnel » magmatique) s’est ralentie même s’il continue de s’élargir et de s’approfondir. Cela signifie que le magma est très proche de la surface et donc que le risque d’éruption dans les prochains jours est toujours très élevé.
  • La localisation la plus probable de l’éruption (mais sans certitude à 100%) se situe à l’ouest de Hagafell. La directrice de l’Agence météorologique islandaise précise qu’il est toujours très difficile de prévoir où se situera l’éruption, le dike étant long de 15 km et une éruption peut se produire à n’importe quel endroit au niveau de ce dike. Il est donc pour le moment difficile de prédire les écoulements de lave, ces dernières étant conditionnées par la localisation du point d’éruption. Un questionnement également sur la quantité de magma attendu, cet événement étant le plus important depuis les 30 dernières années. Les scientifiques étudient maintenant les données ainsi que éruptions et l’activité passée de la péninsule de Reykjanes pour essayer de trouver des réponses au phénomène en cours.
  • La situation reste la même pour les habitants de Grindavík, qui ont pu venir chercher leurs effets personnels et leurs objets de valeurs. Les habitants sont invités par sms à venir récupérer de nouveaux biens chaque jour. Une carte de la ville présente le découpage en zones selon la dangerosité liée à l’activité sismique. Les habitants de la zone rouge (la plus dangereuse ndlr) disposent d’un temps beaucoup moins important pour accéder à leurs habitations que les habitants des autres zones.  L’évaluation des dangers prend du temps et la carte sera peut être réévaluée. Les habitants sont assistés des services de secours, et ce, depuis le début des opérations d’évacuation.
  • Selon un secouriste, au moins deux maisons à Grindavík sont complètement détruites et une vingtaine d’autres sont gravement endommagées (celles qui se trouvent au niveau de la fissure et de la zone d’effondrement ndlr). Les inspecteurs des compagnies d’assurance contre les catastrophes naturelles parcourent la ville aujourd’hui pour évaluer les dégâts. D’autres dommages, invisibles ceux-là, ne permettront sans doute pas aux habitants de rentrer chez eux à courts termes (et pour noël), les réseaux (eau, électricité, chauffage) et les routes très détériorés ne le permettant pas.
  • Un centre d’aide pour les habitants a été ouvert à Reykjavík pour les assister dans leur démarche. Un site disponible sur Island.is sera mis en place très prochainement. De nombreux sujets ont été abordés dernièrement et pris en charge par le gouvernement, avec une priorité donnée au logement et au maintien des salaires, toutefois K. Jakobsdóttir précise qu’il faudra considérer avec importance la santé mentale et l’état psychologique des résidents.
  • Le maire de Grindavík indique que beaucoup de choses se sont passées pendant les 8 derniers jours et saluent notamment l’entraide et le partage qui se sont développés très rapidement pour venir en aide aux habitants. Dans les priorités du maire et du gouvernement, il faut reloger les habitants, et même si 130 familles ont été relogées pour le moment, 1200 attendent toujours une nouvelle habitation. La première ministre indique que 600 familles sont enregistrées sur le registre et qu’il est impératif de s’inscrire pour bénéficier d’une rapide prise en charge.
  • La situation rappelle ce qui s’est passée lors de l’éruption de 1973 sur les îles Vestmann, il y a d’ailleurs une solidarité incroyable de la part des habitants des îles Vestmann sur site à Grindavík.

Questions des journalistes :

  • Il a été demandé s’il était prévu la mise en place d’un système de protection pour les habitations de Grindavík (contre les coulées de lave ndlr) mais la protection civile indique qu’il est difficile de débuter des travaux sans connaître à l´heure actuelle le lieu de l’éruption. Il précise par ailleurs qu’un système de défense mettra sans doute (beaucoup) du temps à être finalisé.

Víðir, le chef de la sécurité civile clôt la conférence de presse en remerciant les équipes du ICE-SAR (service de secours) pour leur travail. Il ajoute que les équipes feront tout ce qui est en leur pouvoir pour restaurer leur ville. Les habitants n’abandonnent pas. Prochaine conférence de presse lundi 20 novembre.

Carte des zones de dangers suite à l'évaluation des risques. Crédit photo : Veðurstofa Íslands.

Carte des zones de dangers de la ville de Grindavík suite à l’évaluation des risques menée par les scientifiques. Crédit photo : Veðurstofa Íslands.

Mise à jour : 17 novembre 2023

9h00 heure locale (GMT)

  • La probabilité d’une éruption est toujours considérée comme élevée. Cependant, il n’y a aucun signe d’activité micro-sismique superficielle ni de glissement soudain qui pourrait être le signe d’une percée du magma vers la surface. D’autres mesures seront effectuées aujourd’hui.
  • Depuis la formation du dyke magmatique vendredi, la terre s’est affaissée jusqu’à 25 centimètres à l’intérieur de la plaine d’effondrement. Un compteur GPS, situé juste au nord de Grindavík, mesure cet effondrement à environ 5 centimètres par jour. L’effondrement est toujours actif selon les dernières mesures.
  • Du gaz (dioxyde de soufre) a été mesuré aujourd’hui à partir d’un forage à Svartsengi et confirme la présence de magma au nord de Hagafell, comme l’ont indiqué les modèles.
  • Une modélisation du flot de lave a été réalisée et, en cas d’éruption sur Sundhnúkagígar, où l’intrusion magmatique se situe, celle ci confirme bien que la lave atteindrait la ville de Grindavík….
  • L’électricité est revenue dans la partie est de Grindavík à 17h15 après des réparations réalisées par les techniciens
  • Le syndicat de Grindavík s’est réuni à plusieurs reprises ces derniers jours avec les établissements de crédit pour demander aux banques de geler les prêts des résidents, les intérêts et les augmentations de prix (cela coûterait environ 1 millard de couronnes (6,5M€)).
  • Le ministre des Affaires sociales présentera aujourd’hui un projet de loi sur le soutien aux habitants de Grindavík lors d’une réunion du cabinet.
  • La première ministre proposera un projet de loi pour les habitants de Grindavík leur permettant de bénéficier de leurs salaires pendant 3 mois.
Étendue de l'affaissement dû à l'intrusion magmatique autour de Grindavík - l'affaissement aurait été mesuré à 25 cm le 17 novembre 2023, une semaine après les événements

Étendue de l’affaissement dû à l’intrusion magmatique autour de Grindavík – l’affaissement aurait été mesuré à 25 cm le 17 novembre 2023, une semaine après les événements. Source : Veðurstofa Íslands.

Mise à jour : 16 novembre 2023

9h00 heure locale (GMT)

  • Les scientifiques croient toujours qu’il existe une forte probabilité d’une éruption volcanique, en particulier là où l’intrusion magmatique est la plus large au nord / nord-est de Grindavík, à Sundhnúkagígar et Hagafell.
  • Le câble à fibre optique de HS Orka, qui relie Svartsengi à l’ouest de Þorbjörn jusqu’à Arfadalsvík, est utilisé comme ligne de mesure sismique continue à haute sensibilité. Il s’agit d’une nouvelle technologie qui s’est développée ces dernières années et qui est désormais utilisée comme mesures supplémentaires en collaboration avec HS Orku et l’ETH en Suisse.
  • Les mesures du dioxyde de soufre (SO2) semblent montrer un dégazage dû au dyke magmatique, mais des mesures supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces données dont l’analyse est actuellement en cours en collaboration avec l’Université Chalmers en Suède.
  • Une partie importante de Grindavík est confrontée à des pannes de courant. L’équipement de distribution électrique de HS Orka à Grindavik est endommagé à plusieurs endroits en raison des tremblements de terre constants et de la déformations du sol. En raison des circonstances, il a été impossible d’accéder à la zone pour dépanner ou effectuer des réparations hier. Plus tôt dans la nuit, l’électricité a été coupée dans une partie importante de Grindavík et le personnel de HS Veitur a immédiatement commencé à évaluer la situation. En consultation avec l’Autorité de protection civile, il a été décidé d’envoyer les techniciens à Grindavik à l’aube ce matin, à moins que les circonstances ne les en empêchent.
  • Les résidents de la maison de retraite de Víðihlíð à Grindavík ont ​​été admis dans les établissements de santé de Reykjanesbær, Selfoss et de la région de la capitale.
  • Un centre de service pour les habitants de Grindavík a été ouvert aujourd’hui dans les locaux de la douane de Tryggvagata à Reykjavík.
  • La fermeture du blue lagoon est prolongé jusqu’au 30 novembre prochain pour le moment.
  • Il est toujours possible de voyager vers l’Islande si votre voyage est prévu MAIS ne venez pas en Islande pour photographier une éruption volcanique, cette éruption en devenir ne sera PAS une éruption touristique.
  • Pour faire vos dons, la Croix Rouge (Rauðikrossinn) a mis en ligne une collecte de fonds.

Mise à jour : 15 novembre 2023

9h30 heure locale (GMT)

  • Il existe encore un risque important d’éruption. Les séismes continuent mais hier c’est surtout l’évacuation soudaine des personnes sur place (les habitants, les autorités, les services de secours et la presse) qui a provoqué la panique (pour nous aussi, ayant des amis sur place à ce moment là).
  • Les autorités ont procédé à cette évacuation en raison des niveaux élevés de dioxyde de soufre dans l’atmosphère mesurés par les détecteurs installés quelques jours plus tôt par les scientifiques. L’évacuation a été rapide et n’a duré que quelques minutes.
  • L’augmentation des niveaux de dioxyde de soufre est le signe que le magma se rapproche de la surface. Le Bureau météorologique islandais, estime qu’il est probable qu’il se trouve désormais à une profondeur d’environ 500 mètres. L’activité sismique est toujours élevée dans le tunnel magmatique et le gouffre qui s’est formé a l’ouest de la ville a continué de s’élargir et de se déplacer. Hier, et depuis minuit, environ 1 400 tremblements de terre ont été enregistrés au-niveau du tunnel magmatique, dont un séisme de magnitude 3,1. Les scientifiques suivent cette activité de très près.
  • La construction d’une digue et d’un canal vers la centrale géothermique de Svartsengi a commencé après que le gouvernement a adopté le projet de loi correspondant avant-hier. Les travaux prendront plusieurs semaines pour être achevés.
  • Les représentants municipaux de Grindavík se sont réunis hier à la mairie de Reykjavík, où les employés du bureau municipal de Grindavík ont également pu installer leurs bureaux temporaires. Parmi les sujets de discussion, la création d’une maison de rassemblement pour les habitants de Grindavík à Reykjavík. Cette installation se trouvera très probablement au bureau des douanes sur Tryggvagata
  • En plus des dégâts massifs qui ont été constatés sur les infrastructures, les bâtiments et les maisons, de nouvelles photos aériennes prises hier (avec autorisation) ont montré que l’affaissement du sol avait fait doubler la surface d’un lac (Vatnsstæði) situé au sud-ouest de Grindavík. Cela s’explique également par la quantité d’eau souterraine de part la proximité avec la mer. Les photos prises par Ingiberg Þóri Jónasson sont très intéssantes, même si elles révèlent bien malheureusement les conséquences désastreuses sur la région.

Mise à jour : 14 novembre 2023

10h30 heure locale (GMT)

  • Il existe encore un risque important d’éruption. Les séismes sont toujours situés au niveau de la fissure qui s’est formée vendredi mais s’étendent également vers Kleifarvatn, notamment à cause des contraintes énormes que subit cette région.
  • L’activité sismique est élevée, mais les tremblements de terre sont plus faibles qu’auparavant, même si des séismes de magnitude 3 ont été enregistrés hier soir. Les scientifiques suivent cette activité de très près.
  • Le magma a été mesuré à une profondeur de 800 mètres dans un dyke (ou intrusion) magmatique de 15 kilomètres qui s’étend de sundhnúkagígar au nord est de Grindavík jusqu’au sud ouest de la ville (le tunnel se trouvant en partie sous la ville). Un afflux moindre de magma indique que l’éruption ne serait pas aussi importante qu’on le craignait initialement (cela reste à vérifier).
  • Un gouffre atteignant un mètre de profondeur a été identifié à l’ouest de Grindavík. Des travaux ont été engagés par l’administration des routes pour faciliter l’accès des habitants à leur habitation – si hier, beaucoup ont pu récupérer leurs affaires et leurs animaux de compagnie, l’accès est de nouveau autorisé aujourd’hui à 12h pour les habitants Grindavik qui n’ont pas pu se rendre chez eux hier.
  • Les routes et habitations ont été très endommagés par les séismes, si vous avez vu des photos et vidéos de la fumée s’échapper du sous-sol, elle provient des tuyaux d’eau chaude qui ont été endommagés (et non du magma…).
  • Hier, l’université d’Islande a publié une carte datant de 1954, montrant le graben (« la fissure ») qui existait déjà à l’époque et sur lequel des habitations ont été construites.
  • Hier soir vers 21:30, un communiqué indiquait que tous animaux avaient été évacués.
  • Le gouvernement a adopté peu avant minuit un projet de loi autorisant la construction de structures de défense à proximité d’infrastructures importantes à Reykjanes (notamment la centrale géothermique de Svartsengi).
  • La ministre de la Justice a déclaré qu’elle accorderait aujourd’hui l’autorisation de commencer la construction des murs de défense à Svartsengi. Des camions ont transporté des matériaux à Svartsengi toute la nuit.
  • Les autorités se réunissent aujourd’hui toute la journée pour discuter d’un plan sur le long terme, notamment pour reloger les habitants. Les maisons de vacance aujourd’hui inoccupées vont sûrement être mises à leur disposition en attendant une solution plus durable.
  • Il est toujours strictement interdit de se rendre sur la zone et les routes d’accès sont fermées.
  • Il n’y a aucun impact sur le trafic aérien à l’heure actuelle.

Mise à jour : 13 novembre 2023

12h15 heure locale (GMT)

  • La situation à Grindavík reste inchangée. Il existe encore un risque important d’éruption sans savoir où et quand. Le Bureau météorologique islandais indique que l’activité reste inchangée depuis hier, même s’il a été mesurée une déformation moindre au niveau de Grindavík.
  • Les routes d’accès à la péninsule de Reykjanes sont toujours fermées, de même que le blue lagoon.
  • Une interdiction du survol de drones a été mise en place hier soir dimanche pour prioriser les interventions des services de secours.
  • Les habitants de Grindavík sont autorisés à se rendre avec les équipes de secours dans les quartiers de l’est de la ville, toujours considérés dangereux. La priorité est de récupérer des biens et les animaux qui sont restés dans la ville.
  • Plusieurs campagnes de sauvetage des animaux ont été menées depuis hier dimanche pour évacuer les animaux, soutenues et impulsées par les associations de protection des animaux.
  • Le gouvernement se réunit aujourd’hui à 13:30 heure locale pour discuter d’un projet de loi sur la protection des infrastructures critiques afin notamment de commencer la construction de structures de défense pour protéger les biens. Le projet de loi devrait être adopté.
Sauvetage des animaux à Grindavík

Évacuation des animaux restés à Grindavík. Crédit photo : RÚV.

Sauvetage des objets de valeur

Les équipes de secours viennent en aide aux habitants pour évacuer leurs biens. Crédit photo : RÚV.

Mise à jour : 12 novembre 2023

13h45 heure locale (GMT)

  • Il y a toujours un risque d’éruption sur la péninsule de Reykjanes. Benedikt Ófeigsson, directeur du Bureau météorologique islandais, affirme que les scientifiques observent des changements de terrain au nord-ouest de Grindvík et sous la partie ouest de Grindavíkinga, où se forme une vallée d’affaissement. « Nous avons constaté un changement des données GPS très rapide, mais qui s’est un peu ralenti. Aucun scénario n’est à exclure et une éruption pourrait se produire dans un court laps de temps. Nous ne pouvons exclure aucun secteur même si la plus grande fissure se trouve dans la partie nord-ouest de Grindavik. »  Une éruption sous marine semble avoir été écartée, en penchant malheureusement pour une éruption proche ou à Grindavik.
  • L’intrusion magmatique qui s’est formée ne semble pas avoir évolué de manière significative depuis hier. Il s’étend de Kálfellsheiði au nord-est de Grindavík jusqu’à la mer au sud-ouest de la ville sur une distance de 15 kilomètres. Cependant, certains signes indiqueraient  que le magma se rapproche de la surface. Ils s’appuient sur des mesures GPS des dernières 24 heures qui montrent que la déformation associée au tunnel magmatique a ralenti.
  • Le gouvernement s’est réuni pour discuter de la gestion de ses infrastructures (et l’aéroport) et de la crise actuelle, notamment le relogement des habitants de Grindavík, la scolarisation des enfants. La réunion est toujours en cours à l’heure de ce post.
  • Ce matin, il a été annoncé que les habitants de Grindavík seraient autorisés au vu de la situation à retourner chercher leurs affaires et leurs animaux de compagnie. Il semble y avoir eu un malentendu quant à savoir qui serait autorisé. Seuls les habitants de Þórkätlustaðahverfi, un quartier à l’est de la ville et le plus éloigné de l’intrusion magmatique, sont désormais autorisés à pénétrer dans la ville. Il est possible que d’autres habitants soient autorisés plus tard si la situation change.  Une seule personne de chaque foyer est autorisé à aller chez lui et disposera de cinq minutes pour récupérer ses affaires, en étant accompagné d’un intervenant.
  • Ne prenez pas vos billets pour venir en Islande photographier l’éruption ! C’est un événement majeur bien loin de ce qui s’est passé lors des 3 dernières éruptions. À noter que pour ceux et celles qui viennent en Islande dans les prochains jours ou semaines, il n’y a pour le moment, aucune contre-indication à part de ne pas se rendre dans la zone.

Mise à jour : 11 novembre 2023

20h30 heure locale (GMT)

  • À l’heure où l’on écrit ce post, la situation continue d’évoluer, le magma a atteint (déjà ce midi) 800 mètres de profondeur, l’éruption va se produire sous quelques heures, disent les experts.
  • L’intrusion magmatique est présentée sur l’une des cartes se forme et passe bien sous la ville de Grindavík. La ville a déjà subi des dommages importants suite aux milliers de tremblements de terre qui ont secoué la zone.
  • Une fissure de 12 km s’étend désormais sur la zone de Sundhnúkagígar et Grindavík… l’éruption peut débuter à n’importe quel endroit de cette fissure.
  • L’activité sismique s’est calmée, pour autant et comme nous l’avons vécu lors des précédents événements, cela signifie souvent que l’éruption n’est pas loin.
  • Si vous souhaitez venir en aide aux habitants de Grindavík, La Croix rouge islandaise an mis en place une récolte de dons, les habitants pouvant tout perdre si l’éruption se produit sous la ville.
  • Tout trafic dans le secteur est interdit et les routes de la péninsule ont toutes été fermées à la circulation.
Évolution des points GPS dans la région de Grindavík

Données GPS de la station de Svartsengi, montrant la déformation du sol de 120cm. Source : Veðurstofa Íslands.

Mise à jour : 11 novembre 2023

10h30 heure locale (GMT)

  • Un événement sismique massif a commencé, secouant la péninsule de Reykjanes de manière violente à partir de 17:30 le vendredi 10 novembre avec d’innombrables séismes de magnitude M3+ et M4+, le plus intense de magnitude M5.2.
  • Si au départ, les scientifiques ne voyaient pas encore de remontée verticale du magma, les données ont rapidement montré la formation très rapide d’un dyke (ou intrusion) magmatique, en l’occurence sous la ville voisine de Grindavík, qui, de fait, a été évacuée jusqu’à 2:30 dans la nuit du 10 au 11 novembre.
  • Les routes ont été endommagées, notamment la route autour du blue lagoon et de la centrale géothermique et sont donc désormais fermées.
  • Des matériaux ont été amenés à proximité de la centrale géothermique pour créer un barrage et la protéger en cas d’éruption.
  • Il n’y a aucun blessé pour le moment heureusement.
  • Les services de secours et la police sont sur place, en plus des scientifiques qui analysent les données en live.
  • Ce matin 11 novembre, les scientifiques ont publié de nouvelles données plutôt inquiétantes. En effet, les déplacements mesurés dans la région sont gigantesques jusqu’à 120 cm !!! Cela pourrait suggérer qu’un très grand volume de magma s’est accumulé. À noter que jusque là, on parlait d’une déformation de 7 cm….
  • L’office météorologique d’Islande émet l’hypothèse que le magma proviendrait de Fagradalsfjall même si c’est un événement majeur et sans commune mesure qui serait en train de se développer, complètement différent des 3 dernières éruptions.
  • Un spécialiste compare même la situation à ce qui s’est déjà passé à Bárðarbunga, un volcan situé sous le glacier du Vatnajökull.
  • Le code de l’aviation civile est passée à l’orange hier 10 novembre et il n’y a pas pour le moment de perturbations pour les vols à destination de l’Islande.
  • Si vous êtes en Islande ou arrivez en Islande, ne vous rendez pas sur la zone !
Intrusion Magmatique de Grindavík

Localisation de l’intrusion magmatique entre la montagne Stóra-Skógfell et la ville de Grindavík qui s’est formée dans la nuit du 10 au 11 novembre 2023

Laissez un commentaire